Journal d’expat #1 : Londres, l’heure est venue de te quitter

19 mois. 

Cela fait 19 mois que je vis une histoire passionnée avec la capitale anglaise. Et qu’est-ce que j’aime cette ville !

Cette ville est le théâtre de ma première expatriation. 

Quand je suis arrivée il y a 19 mois, jamais je n’aurais pensé tant changer.

J’ai l’impression d’être devenue moi même ici, ou du moins d’avoir trouvé la bonne route pour y parvenir.

tower bridge

Dès les premiers instants, juste en marchant à travers la ville, j’avais ce sentiment inexplicable. Un sentiment de bonheur d’être dans la ville que j’avais rêvée, imaginée. Elle était tellement à la hauteur de mes imaginations. A chaque coin de rue quelque chose pour m’émerveiller, même après 19 mois. 

 

Ici, tout va vite, tout est possible, tout est envisageable.

C’est au contact de cette ville et au gré de mes rencontres que petit à petit, j’ai réalisé que je pouvais faire tout ce que je voulais. 

Ici je me suis accomplie. J’ai entrepris des projets dont je rêvais depuis longtemps sans jamais croire que c’était possible.

19 mois et un lockdown plus tard, me voilà à reprendre mes études, à presque 30 ans. C’est une chose à laquelle je pensais depuis plusieurs années déjà, mais toujours en me disant que j’étais trop âgée, que je ne pouvais pas perdre mon indépendance financière, ou que peut être j’allais échouer.

st paul’s cathedral

Mais s’il y a bien une chose que l’expatriation m’a apprise c’est de prendre du recul. Imagine le pire. Ok. Est ce que le pire est si grave ? Généralement, pas vraiment… Au pire, je me plante, je retrouve un job, je refais des économies et je repars sur un autre projet. Y’a pas mort d’hommes. 

La prochaine étape m’attend

 

Ce choix de reprendre mes études va finalement me mener à la prochaine étape de ma vie. 

Il est tant de quitter cette ville pour aller vers la prochaine aventure.

Alors que cela fait déjà 2 semaines que j’ai eu une proposition de stage dans un autre pays, ce matin, d’un coup, ça m’a frappé. Je vais quitter Londres. Je vis mes derniers mois ici.

Je n’avais pas vraiment réalisé tant j’étais excitée à l’idée du prochain challenge. Je suis ravie de m’expatrier à nouveau. J’ai besoin de ce nouveau saut, je rêve de cette deuxième expatriation depuis plusieurs mois déjà.


london eye by night
Mais je n’avais pas pris la mesure de ce que ça signifie vraiment… Ne plus avoir la possibilité de voir Tower Bridge ou St Paul’s Cathedral quand je le veux. Ne plus me balader le long de la tamise, la nuit tombée, en observant la magnifique skyline de la City. Ne plus arpenter Shoreditch, son street art, son Spitafield market et son atmosphère si particulière que j’aime tant.
Si vous avez vécu ou vivez à Londres, alors vous voyez probablement ce que je veux dire. Si non, vite, venez le découvrir.

Dans la suite de mes aventures d’expatriation, je vous raconte mon retour d’expatriation en temps de pandémie… 

2 réflexions sur “Journal d’expat #1 : Londres, l’heure est venue de te quitter”

  1. excellent blog ! un carnet de voyage très inspirant illustré par de belles photos.
    Merci pour tous ces très bons conseils.Et bravo pour la qualité des articles avec la pointe d’humour qui va bien !

Laisser un commentaire

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :