Témoignages d’expatriés : nos galères en expatriation !

témoignages d'expatriés

Lorsqu’on parle expatriation, on voit souvent le récit d’aventures extraordinaires. Des témoignages d’expatriés décrivant à quel point l’expatriation a changé leur vie, à quel point c’est merveilleux… Oui mais attention, tout n’est pas tout rose. Parfois, on tombe de haut lorsqu’on arrive dans un  appartement minable après 25 heures de voyage. On est désemparé face à un employeur malhonnête alors qu’on arrive tout juste dans ce nouveau pays. Ou encore on est un fantôme administratif le temps d’un renouvellement de visa. 

Ces histoires là sont moins racontées et pourtant bien réel. Alors j’ai décidé de donner la parole à des blogueurs expats pour rétablir la vérité. L’expatriation c’est génial, mais c’est comme la vie en France, il y a des hauts et des bas. Ne crois pas que tout sera merveilleux dans ton nouveau pays ! 

L'expatriation, un long fleuve loin d’être tranquille... 😉

Je te propose une petite mésaventure croustillante et peu réjouissante qui s’est déroulée le jour même de notre expatriation.

Je ne vais pas te détailler des petits imprévus anecdotiques. Comme les 700 $ d’amendes évités grâce à un agent aéroportuaire très délicat qui est allé voir en douce un douanier pour enregistrer « à la main » notre berger australien. Nous aurions dû le déclarer en arrivant sur la borne de la douane dans l’onglet « inspection des denrées alimentaires, végétales et animales… ».

Ou encore la panne du système informatique de traitement des données biométriques internationales qui nous a fait poireauter pendant 4 h à l’immigration. À ce moment-là, même toi, tu te demandes si tu n’as pas des antécédents douteux quelque part dans une vie antérieure ! 😅

Thetford-Mines, QC, CANADA
Thetford-Mines, QC, CANADA
Saint-Georges-de-beauce, QC, CANADA
Saint-Georges-de-beauce, QC, CANADA

Notre arrivée au Québec, après 25h12 de voyage

Certains chiffres marquent plus que d’autres !
L’agent immobilier nous avait prévenus que nous reprendrions finalement un appartement mis sur le marché il y a un an et non un « condo » neuf. Aucune raison de s’inquiéter !  Ça, c’était dans le monde des Bisounours…

Le Camping-Car de Breaking Bad devait être plus sain que le sol de cet appartement. Des trous dans les murs, une porte à moitié arrachée, des restes dans le lavabo de la salle de bain et des toilettes qui auraient pu servir dans une reconstitution d’une fiction Netflix. Je contacte le commercial de l’agence, à 21h30 grâce à Messenger. Il m’a répondu immédiatement et s’est déplacé dans la foulée. Service au top !

Relogés dans la demi-heure, nous avons pu nous endormir, tous les trois dans un lit « king size » grand luxe : un beau matelas pneumatique acheté chez Walmart quelques heures plus tôt.

Ce qu’il faut retenir : l’expatriation est une aventure qui démarre réellement une fois que tu es entré dans l’avion. L’anticipation est un fait, le lâcher-prise en est un autre. Ce sont ces petites choses loin d’être évidentes sur le moment te permettront de savourer les moments plus agréables qui suivront.

Il s’agit du témoignage de Steve du blog Stalimapics. Steve est expatrié au Québec avec sa petite famille depuis 2019.

Retrouve-le sur ses réseaux par ici : 

Lac Megantic, QC, CANADA
Lac Megantic, QC, CANADA

Un malhonnête employeur

Quelques mois avant de partir vivre en Angleterre, je me suis lancée dans la recherche d’un emploi. Rapidement, je trouve un poste de réceptionniste dans l’hôtel qui me fait le plus rêver ! Je suis aux anges ! Quelques mois plus tard, comme convenu, j’arrive à Sheffield, et j’en profite pour aller rencontrer mon responsable, et mes futurs collègues. Ils ont tous l’air adorables, mon responsable est super sympa ! Presque trop sympa !

Ma première semaine étant dédiée à notre installation, j’en profite pour visiter la ville et trouver un logement. Cependant, je garde en tête que le lundi suivant, je commence un nouveau poste dans un nouvel hôtel ! Tout au long de la semaine, j’ai beau demander le planning à mon responsable, il ne me l’envoie jamais. Ce n’est que la veille de commencer, à 17 h, qu’il me le fait enfin parvenir ! Et là, c’est le drame !

Winter Garden, Sheffield
Winter Garden, Sheffield
Jardin botanique de Sheffield
Jardin botanique de Sheffield

Je déchante, je pleure, je suis perdue

Je découvre que je travaille 58 heures pour ma première semaine. En cinq jours, je travaille 12 heures par jour. Je déchante, je pleure, je suis perdue. Comment a-t-il autant pu me le faire à l’envers. Je suis face à un choix cornélien : accepter cet emploi qui me fait rêver, ou bien refuser ce poste, me retrouver sans emploi et repartir de zéro dans mes recherches. La nuit porte conseil : le lendemain, je me suis rendue à l’hôtel pour leur dire que je refusais le poste.

Cette mésaventure m’aura appris qu’il faut toujours écouter son cœur et son instinct. J’avais bien besoin de ce poste, de cet emploi et de ce salaire. Mais j’ai préféré tout recommencer de zéro, garder ma « liberté » et trouver une entreprise honnête qui respecte ses salariés. Aujourd’hui, je ne regrette pas mon choix !

Il s’agit du témoignage de Pauline du blog Soif de voyages. Pauline est une serial expat, elle a vécu en Allemagne, au Canada et est désormais installée avec son compagnon à Sheffield en Angleterre. 

Retrouve-la sur ses réseaux par ici : 

Peace Garden et mairie de Sheffield
Peace Garden et mairie de Sheffield

Le statut implicite au Canada

Le statut implicite, c’est une spécificité canadienne à la fois pratique et horrible.

Tout permis de travail comporte une date d’expiration, à laquelle il faut avoir quitté le territoire sous peine de rendre son séjour illégal. Le jour de la fin de votre permis, votre numéro de sécurité sociale expire tout comme votre autorisation à travailler.

Mais le Canada reconnaît que ce n’est pas toujours possible de réaliser les démarches administratives dans les temps pour un nouveau permis, que ce soit du côté du postulant ou du côté du gouvernement. Ils ont donc mis en place le concept du statut implicite : si vous avez envoyé une demande pour un nouveau permis, vous pouvez continuer à travailler selon les termes de l’ancien le temps qu’une décision soit prise sur votre nouvelle requête. La condition, par contre, c’est de ne pas sortir du territoire canadien. Et là, le stress commence.  

Je suis devenue un fantôme administratif

Mon PVT avait expiré en avril 2019. J’avais postulé en janvier 2019 pour un permis ouvert transitoire, qui permet d’attendre sa résidence permanente hors Québec. Mais quand avril est arrivé, je n’avais aucune nouvelle des services d’immigration. Mon enveloppe n’avait même pas été ouverte encore.

Donc ce 9 avril, je suis devenue un fantôme administratif. Pas de numéro de sécurité sociale donc aucune démarche comme un changement de travail n’était possible, c’était trop risqué de voyager aussi. J’ai attendu, sans savoir quand ma demande aboutirait.

J’ai eu de la chance, mon statut implicite n’a duré que trois semaines, mais cela peut parfois aller jusqu’à plus de six mois. Par un hasard complet, la police est venue toquer à ma porte ce jour-là… et je n’ai jamais su pourquoi ! Mais rassure-toi, ils ne venaient pas pour moi !

Il s’agit du témoignage de Kenza du blog Cup of English tea. Kenza est une serial expat, elle a vécu en Angleterre, Hongrie, Australie et est aujourd’hui installée à Winnipeg au Canada.

Retrouve-la sur ses réseaux par ici : 

expatriation canada

De mon côté, j’ai été chanceuse, je n’ai pas vraiment rencontré de problème durant mon expatriation en Angleterre. C’est pourquoi je suis allée récolter les témoignages d’expatriés. Merci à Pauline, Kenza et Steve pour leur participation à cet article ! Ma galère à moi serait plutôt liée au retour en France qu’à ma vie sur place. Je raconterai bientôt cela dans un article dédié, le temps pour moi de mettre des mots dessus ! 

Si toi aussi tu es expatrié.e, je serai curieuse de savoir à quelle galère tu as dû faire face. Partage ton expérience en commentaire ! 

EPINGLE CET ARTICLE SUR PINTEREST !

témoignage d’expatrié visuel pinterest

6 réflexions sur “Témoignages d’expatriés : nos galères en expatriation !”

    1. Merci pour ta participation, j’ai adoré faire ce format d’article ! Toujours cool d’entendre les témoignages des autres clairement, on se sent moins seul haha 🙈

  1. Superbe article ! En lisant ces deux autres témoignages, on se dit qu’on préfère largement s’en tenir aux feeds instagram qui font rêver !! ^^ Merci pour la proposition, content d’avoir pu participer à ce projet. 🙂

    1. Merci beaucoup ! Il est clair que le côté « dream » de l’expatriation est très souvent mis en avant. Pour certains, c’est la douche froide à l’arrivée! Mais il y a quand même de plus en plus de témoignages pour nous préparer, notamment en format podcast ! (French Expat Le Podcast pour ne pas le citer 😍).
      Merci pour ta participation, j’ai adoré faire ce format d’article !

  2. Ma galère à moi c’est le Brexit. Je suis mariée à un Britannique et je suis propriétaire de mon logement. Du jour au lendemain le brexit a été voté et les galères administratives ont commencées. Et oui je suis passée par là case formulaires de 80 pages à remplir et l’envoi de presque 3 kilos de pièces justificatives et l’attente pour pouvoir avoir la résidence permanente.

Laisser un commentaire

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :