Assurance santé expatrié, être bien couvert à l’étranger

assurance sante expatrie

Lors d’une expatriation, la question de souscrire ou non à une assurance santé expatrié se pose rapidement. Afin de t’éclairer dans ton choix, je te propose dans cet article de faire un point sur la Caisse des Français à l’Étranger et les assurances privées. Pour bien comprendre, je reviens également en fin d’article sur le fonctionnement de la sécurité sociale française. 

Une assurance santé expatrié est obligatoire dans certains pays et indispensable pour tous

Souscrire à une assurance santé expatrié est indispensable afin de ne pas te retrouver avec une lourde facture aux États-Unis ou au Canada par exemple, suite à un petit tour chez le médecin. Pour tous séjours de plus de trois mois à l’étranger, l’assurance maladie française ne couvre plus tes dépenses de santé. 

Qu’importe que ton expatriation soit pour quelques mois ou pour une période indéfinie, tu dois souscrire à une assurance santé spéciale. Pour l’obtention de certains visas, notamment les PVT dans certains pays, il est obligatoire de fournir une attestation d’assurance.

Attention, dans certains cas, l’assurance doit couvrir l’entièreté de ton séjour sur le territoire. Des témoignages de PVTistes rapportent que leur PVT ne leur a été accordé que pour la durée de leur assurance, sans possibilité de prolongation. Il serait dommage de voir la durée de ton PVT réduite pour une histoire d’assurance. 

Une assurance voyage n’est pas suffisante pour une expatriation

De manière générale, les assurances voyages couvrent les dépenses de santé exceptionnelles, c’est-à-dire urgence ou accident. Aucun frais résultant d’une maladie antérieure au départ ne sera pris en charge. Ces assurances voyages ne prennent pas non plus en charge les soins de confort type dentaire ou optique.

En clair, une assurance voyage te couvre pour les soins d’urgence quand une assurance santé expatrié te couvre pour la vie quotidienne (maternité, optique, dentaire, invalidité, décès…). Ce qui parait normal, car lorsqu’on est expatrié, on vit dans un autre pays, nous ne sommes pas juste en vacances. Un voyage suppose que l’on aura pris ses précautions avant le départ pour les soins de confort. 

La Caisse des Français à l’Étranger, la facilité pour la continuité de vos droits 

Plusieurs choix s’offrent à toi pour couvrir tes dépenses santé à l’étranger. La Caisse des Français à l’Étranger est un organisme créé en 1978 dans le but de proposer une assurance à l’étranger pour les Français expatriés. 

Elle permet de garder un lien avec la sécurité sociale, dont elle est indépendante, et ainsi de faciliter les démarches au retour de l’expatriation. Elle permet également d’être couvert lors d’un séjour en France pour des vacances par exemple, ce qui n’est pas toujours le cas des assurances privées. 

En outre, elle offre la possibilité de continuer à cotiser pour sa retraite en France, pour un budget assez conséquent chaque mois cependant ! Autre avantage non négligeable, c’est un organisme privé de droit public, donc elle ne peut refuser de t’assurer quel que soit ton état de santé ou ton âge. Elle ne peut pas non plus appliquer de surprime (pas de questionnaire médical à remplir !). 

La CFE offre donc de jolis avantages, mais présentent également quelques inconvénients. Elle rembourse selon les barèmes de la sécurité sociale française. Une consultation chez le médecin généraliste sera remboursée 16,50€ (70% du tarif conventionné de 25€) alors que dans certains pays, le prix d’une telle consultation peut être de plus de 100 dollars. 

De plus, le rapatriement n’est pas pris en charge et il y a peu de flexibilité ou d’options possibles. Il est donc nécessaire d’y ajouter une complémentaire privée.

 

L‘assurance santé privée « au premier euro », la garantie d’être bien couvert

L’assurance santé privée offre la tranquillité d’esprit. Avec le contrat « au premier euro », tu seras remboursé dès la première dépense. Les niveaux de prise en charge sont à définir en fonction de tes besoins et sont adaptés au pays de résidence. Ainsi, un contrat pour les États-Unis ou le Canada sera plus coûteux que celui pour le Mexique par exemple. Mais tu seras remboursé en intégralité de tes dépenses de santé.

Les assurances santé privées ont aussi l’avantage d’être spécialisées dans la santé à l’étranger. Tu trouveras donc des interlocuteurs francophones et habitués à traiter ce genre de demande. Tu bénéficieras aussi des partenariats avec les réseaux de santé locaux. Bien souvent, les tarifs sont négociés et cela rend l’ensemble des coûts moins chers qu’avec la CFE. 

En revanche, une assurance privée te demandera la plupart du temps de remplir un questionnaire médical. Il peut entraîner une hausse du prix de ta cotisation ou une exclusion de garantie selon ton état de santé. 

Le cas particulier du PVT

Il est intéressant de noter que si tu pars avec un PVT (Passeport Vacances-Travail), ces assurances santé proposent toutes un contrat spécial beaucoup moins cher que le contrat « classique » assurance expatrié monde. À titre d’exemple, un an de PVT au Mexique coûtera 396€ avec ACS Globe PVT (options au minimum), alors que le contrat basique coûtera 974€. 

Prend ton temps pour choisir la meilleure solution de couverture santé qui convient à ta situation. Sois sélectif dans le choix de l’assureur, mais également dans le choix du contrat en lui-même. 

La sécurité sociale en France

Pour bien comprendre l’utilité d’une assurance santé expatriation, il est utile de connaître le fonctionnement de la sécurité sociale française. 

Créée en 1945, la Sécurité sociale « est la garantie donnée à chacun qu’en toutes circonstances il disposera des moyens nécessaires pour assurer sa subsistance et celle de sa famille dans des conditions décentes » (selon assurance-maladie.ameli.fr). En clair, elle a pour mission de protéger les Français contre les risques de la vie en termes de maladie, mais aussi de vieillesse. Elle regroupe plusieurs branches : famille (caisse des allocations familiales), retraite, et maladie (assurance maladie).

L’assurance maladie en France

Lorsqu’on travaille en France, on cotise chaque mois pour la sécurité sociale et ainsi en partie pour l’assurance maladie. Lorsqu’on va chez le médecin, à la pharmacie pour des médicaments ou autres soins de santé, nous ne payons pas les frais, ils sont pris en charge par l’assurance maladie pour une partie, puis par notre mutuelle pour une autre partie.

Tes droits à l’assurance maladie à l’étranger

Au-delà de trois mois hors de France, tu perds tes droits à la sécurité sociale et donc ta couverture santé. Plusieurs cas de figures se présentent :

  • Expatriation dans un pays de l’Espace Économique Européen (EEE) ou la Suisse : 

Tu n’es plus assuré par le régime français. Tu es couvert par la sécurité sociale de ton pays d’installation, à laquelle tu dois cotiser, tu bénéficies des prestations d’assurance maladie prévues par ce pays. 

Avant ton départ de France, tu dois te renseigner pour savoir si une période minimum d’assurance, d’activité ou de résidence est exigée dans ton pays d’installation pour l’ouverture de tes droits. Si c’est le cas, tu dois demander à ta caisse d’assurance maladie française le formulaire E 104 (attestation concernant la totalisation des périodes d’assurance, d’emploi ou de résidence). Il faudra le remettre à l’institution d’assurance maladie de ton pays d’installation.

  • Expatriation dans un autre pays : 

Tu perds tes droits à la sécurité sociale, tu dépends obligatoirement du régime de protection sociale du pays dans lequel tu travailles. 

Tes droits dépendent de l’existence ou non d’une convention bilatérale de sécurité sociale entre la France et ce pays (liste à consulter sur service-public.fr). 

Tu dois restituer ta carte vitale, qui n’est utilisable que si tu résides et es assuré en France. Tu peux néanmoins continuer à bénéficier de la sécurité sociale française en adhérant à la CFE par exemple.

  • Étudiant dans un pays de l’EEE ou la Suisse : 

Pour moins d’un an, tu restes affilié à la sécurité sociale française. Si tu pars plus d’un an, tu ne seras plus assuré en France et devras demander l’adhésion au service de protection sociale du pays de résidence. Tu devras prendre une assurance privée.

  • Étudiant dans un autre pays : 

Tu pars moins de 6 mois ou plus de 6 mois, mais tu as moins de 20 ans, alors tu peux bénéficier d’un remboursement forfaitaire des soins sans que celui-ci puisse excéder le montant du remboursement qui aurait été alloué pour des soins reçus en France. Ceci même si les soins sont plus chers dans l’autre pays. 

Tu pars plus de 6 mois et tu as plus de 20 ans : tu perds tes droits à la sécurité sociale (cf. ci-dessus).

Le complément de remboursement par une mutuelle

Une mutuelle a pour but de couvrir les dépenses de santé qui ne sont pas couvertes par l’assurance maladie obligatoire. Il n’est pas obligatoire de souscrire à une mutuelle, mais fortement recommandé. Certains frais de santé peuvent avoir des dépassements conséquents, non pris en charge par l’assurance maladie.

Pour pouvoir prétendre à une mutuelle, il faut être rattaché à l’assurance maladie. 

Les spécificités de la CEAM

La Carte Européenne d’Assurance Maladie (CEAM) atteste de tes droits à la sécurité sociale en France, elle facilite la prise en charge des dépenses médicales dans les pays de l’Union Européenne. Si les soins médicaux sont gratuits pour les résidents du pays, ils le seront pour toi aussi. S’ils sont payants, tu devras faire l’avance et demander un remboursement à ton retour en France.

Elle est uniquement valable pour des courts séjours à l’étranger puisque, comme vu précédemment, dès lors que tu quittes le territoire français plus de trois mois, tu perds tes droits à la sécurité sociale. 

Te voilà en possession de toutes les informations nécessaires pour faire ton choix d’une assurance santé expatrié. Indispensable et parfois obligatoire pour l’obtention d’un visa, il est difficile de passer à côté de cette dépense lors d’une expatriation.

01 décembre 2020
Où courir à Londres ? Mes 7 plus beaux parcours !
14 novembre 2020
S'expatrier à Londres : les 7 tips pour faciliter ton installation
12 janvier 2021
Quel budget pour s’installer à Londres ?